Pour la maire chrétienne de Poitiers, « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui »

Fervente chrétienne élevée dans le scoutisme, la maire de Poitiers Léonore Moncond’huy a déclaré que « l’aérien ne doit plus faire partie des rêves des enfants d’aujourd’hui », afin de justifier sa volonté de réduire de moitié les subventions des associations gérant les deux aéroclubs de Poitiers, lesquelles accueillent régulièrement des enfants et permettent à des enfants handicapés de faire leur baptême de l’air.

« Depuis vendredi, une vidéo circule abondamment sur les réseaux sociaux, dans laquelle on peut voir Léonore Moncond’huy, maire Europe Ecologie – Les Verts (EE-LV) de Poitiers, déclarer lors du conseil municipal de lundi : «Je pense que vous ne vous rendez pas compte aujourd’hui des rêves dont on doit préserver les enfants. L’aérien, c’est triste, ne doit plus faire partie des rêves d’enfant ». Elle répondait ainsi à une élue de l’opposition La République en marche (LREM) qui contestait la décision de réduire de moitié les subventions allouées à deux aéroclubs de la ville, pour l’année en cours, et de les supprimer à terme. La délibération traduit la volonté de la municipalité écolo de ne plus promouvoir les sports motorisés, consommateurs d’énergies fossiles. La conseillère municipale en question, Isabelle Chedaneau, avait tenu à souligner le rôle «inclusif» et «éducatif» des associations concernées qui participent notamment à des actions visant à faire voler des enfants porteurs de handicap. «Je n’oublierai pas les sourires de tous les enfants, au hasard des rencontres et, surtout, à la descente de l’avion», s’était-elle émue, tout en fustigeant le «dogmatisme» de la majorité. » (Libération)

Le ministre des Transports et de la Transition écologique, Jean-Baptiste Djebbari, a dénoncé les propos de Léonore Moncond’huy, qu’il a qualifiés d' »élucubrations autoritaires et moribondes”. La porte-parole de La République en marche Maud Bregeon, originaire de Poitiers, s’est elle aussi indignée des mots de Léonore Moncond’huy, jugeant la position d’EELV “dogmatique”, “cynique”, et “triste”. Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, a également fait part de sa consternation. « Rêver est un bonheur et une liberté intime. Laissez nous rêver madame« , a-t-elle réagi.

Les propos de Léonore Moncond’huy sont un exemple-type de l’idéologie de la repentance éco-théologique promue par une partie de la bourgeoisie chrétienne occidentale. Elevée dans le scoutisme, elle est éduquée aux valeurs chrétiennes lors des « moments spi[rituels] » organisés par les scouts. Elle embrasse la foi protestante et à l’âge de 18 ans, elle demande à recevoir le baptême, peut-on lire dans Le Protestant de l’Ouest.

« Ce que l’on observe aujourd’hui dans les organisations politiques se réclamant de l’écologie n’est qu’une forme sécularisée de christianisme gauchiste : la repentance éco-théologique. Le discours des organisations écologistes de gauche consiste exclusivement à culpabiliser les occidentaux d’être sortis de la misère. Ils doivent se repentir du péché de confort matériel et on leur promet une terrible apocalypse s’ils ne se soumettent pas à cet impératif de mortification rédemptrice. Les écologistes de gauche se servent de la peur d’une catastrophe écologique pour imposer un système autoritaire organisé autour du principe de décroissance, c’est-à-dire le devoir de saboter le développement technologique de l’Occident et de forcer le prolétariat à retourner courber l’échine dans les champs. […] L’énergie propre, la sauvegarde de la biodiversité et la limitation de l’impact de l’activité humaine sur l’environnement ne sont nullement ce que recherchent les écologistes de gauche. Leur quête est toute chrétienne, c’est une entreprise de purification morale : il faut expier nos péchés, tant individuels que civilisationnels, et faire collectivement vœu de pauvreté. […] Contre cette écologie repentante, l’occidentalisme propose une écologie réparatrice. L’intérêt grandissant des occidentaux pour l’écologie est un progrès civilisationnel et cette préoccupation ne doit pas être instrumentalisée pour saboter l’Occident, mais plutôt pour pousser les pays occidentaux à faire progresser la recherche scientifique, sans laquelle aucun bond écologique n’est possible. » (Manifeste de l’occidentalisme, 8.5 : « L’écologie humaniste réparatrice contre la repentance éco-théologique »)

Commentaires

  1. Comment faire pour que les gens comprennent les dangers cachés de cette pseudo-écologie, alors que l’écologie a été érigée en valeur suprême dans les sociétés occidentales ? C’est pourtant bien la science qui nous permet de retraiter une partie de nos déchets et d’avoir accès au nucléaire, moins polluant.

Poursuivre la discussion sur forum.albanova.org